10 mythes sur la contraception

10 mythes sur la contraception
27 avril 2014 00:02

La grossesse est l’un des plus grands bienfaits qu'une femme pourrait vouloir. Avoir un bébé est le plus beau sentiment pour un couple. Mais parfois, la contraception (contrôle des naissances) est importante. Les grossesses multiples soumettent aussi bien la mère que le nouveau-né au risque de développer de nombreuses complications.

De plus, espacer de manière adéquate les grossesses consécutives est important car elle permet à un couple de se concentrer davantage sur leurs enfants existants, sans avoir à s’occuper d’un nouveau-né. Il y a aussi plusieurs avantages socio-économiques à la contraception. Par exemple, la contraception est capitale si vous n'êtes pas en mesure d’assumer financièrement une grande famille. Il y a un certain nombre de moyens de contraception féminins et masculins. Ces méthodes comprennent l'utilisation de pilules, de DIU (dispositifs intra-utérins), l'utilisation de préservatifs, la ligature des trompes pour les femmes et la vasectomie pour les hommes. Toutes ces méthodes sont sûres et ont évolué au fil des âges. Bien que l'utilisation de pilules ou certaines opérations chirurgicales puissent avoir quelques effets secondaires, ces derniers peuvent être minimisés si plus d’attention est portée aux détails. De plus, un certain nombre de mythes existent sur plusieurs méthodes de contraception. Ces mythes, additionnés à la peur des effets secondaires de certaines méthodes de contraception, empêchent les couples de faire usage de méthodes de contrôle des naissances de manière efficace, entraînant des grossesses non désirées. Nous avons ici fait un top 10 des mythes les plus communément répandus sur le contrôle des naissances, et avons donné des preuves scientifiques pour détruire ces mythes.

Mythe 1 - "J'allaite, donc je ne peux pas tomber enceinte"

Ce mythe est peut-être l'une des causes les plus courantes de grossesses non désirées. Les femmes pensent que tant qu'elles allaitent, elles ne peuvent pas tomber enceinte. Cet argument est vrai dans une certaine mesure, mais pas dans sa totalité. Quand une femme allaite, son corps sécrète de hauts niveaux d'une hormone appelée « prolactine ». La prolactine aide à l'éjection du lait. De plus, cette hormone supprime la production d'hormones folliculo-stimulantes (FSH ou hormone lutéinisante et l'hormone LH) ou qui sont responsables de l'induction de l'ovulation. Mais cette suppression des hormones de l'ovulation produite par la prolactine n'est pas totalement infaillible. Parfois, la prolactine ne parvient pas à inhiber la production de FSH et de LH, et l'ovulation a lieu. Si une femme a des rapports sexuels non protégés pendant ce temps - même dans le cas où elle allaite- elle peut tomber enceinte et concevoir. Donc, au lieu de prendre pour acquis le fait que vous ne tomberez pas enceinte puisque vous allaitez, consultez votre médecin pour savoir quelle méthode de contraception adopter.

Mythe 2 - Une femme ne peut pas tomber enceinte tant qu’elle n’a pas eu d’orgasme

C'est une idée fausse très répandue qui affirme que, comme pour l'orgasme masculin, l'orgasme féminin aurait quelque chose à voir avec la capacité d’une femme à se reproduire. Ce mythe est fondé sur le fait que, puisque l'orgasme masculin provoque la libération de sperme, et que le sperme contient les spermatozoïdes responsables de la capacité de reproduction des hommes; il en serait de même pour les femmes. Mais cet argument n'est pas étayé par des preuves scientifiques. Une femme libère un ovule (structure de reproduction similaire à celle des spermatozoïdes mâles) au cours de son cycle de reproduction. La libération de cet œuf est contrôlée par des hormones FSH (hormone folliculo-stimulante) et LH (hormone lutéinisante). L’orgasme n'a donc aucun lien avec la libération des ovules.

Mythe 3 - Une femme ne peut pas tomber enceinte si elle se douche après un rapport sexuel

Les femmes croient que se laver le vagin permettraient d’en évacuer tous le sperme et empêcherait une grossesse non désirée. Mais ce n'est qu'un mythe. La vérité est que, dès qu'un homme éjacule, il dépose son sperme très profondément dans les voies de reproduction féminine (le col et au-delà). De plus, les spermatozoïdes sont mobiles et ils commencent à se diriger vers l'utérus (organe de reproduction) dès qu'ils sont libérés dans les voies de reproduction féminines. Au moment où les femmes tentent de doucher leurs voies reproductives, les spermatozoïdes ont déjà dépassé la portée de n'importe quel jet de douche.

Mythe 4 - "Je ne peux pas tomber enceinte parce que j'ai eu des relations sexuelles pendant la « période de sécurité » du mois"

Cette idée fausse provient du manque de compréhension du cycle reproductif des femmes. Quatre principales hormones sont responsables du cycle menstruel de la femme et de l'ovulation. Un équilibre complexe existe entre le niveau de ces hormones, ce qui régule le cycle menstruel et le cycle d’ovulation. Si tout se passe bien, sans aucune irrégularité, les couples ont une «période de sécurité», quand la femme n’a pas encore ovulé.

Durant cette période, les couples peuvent avoir des rapports sexuels non protégés sans risque que la femme ne tombe enceinte. Mais les choses ne se passent pas toujours comme prévu. Les cycles de menstrues et d’ovulation ne sont pas toujours parfaits. Il est très fréquent d'avoir des irrégularités dans ces cycles. Ainsi, vous pourriez avoir des rapports sexuels non protégés pendant votre «période de sécurité » mais la nature a peut-être prévu autre chose pour vous. Si vous voulez connaître votre période de sécurité du mois, gardez un œil sur les signes prémenstruels ou de pré-ovulation.

Mythe 5 - "Je ne peux pas tomber enceinte si je suis au-dessus ou si nous faisons l'amour debout"

Certains couples croient qu'avoir des relations sexuelles dans des positions spécifiques peut prévenir la grossesse. Par exemple, il y a une croyance commune qui dit que si les couples ont des rapports sexuels en étant debout, ou si la partenaire est au-dessus pendant les rapports sexuels, cela force l’évacuation du sperme hors de l’utérus, grâce à la gravité. Mais cette allégation est fausse.

Il y a quatre raisons pour lesquelles cet argument est irrecevable.

Tout d'abord, quand un homme éjacule pendant un rapport sexuel, il loge le sperme profondément dans les voies reproductives féminines.

Deuxièmement, les spermatozoïdes ont une capacité intrinsèque à monter vers l'utérus (organe de reproduction) dès qu'ils sont déposés dans les voies reproductives féminines. L'environnement acide du vagin féminin apporte certains changements dans la structure des spermatozoïdes, ce qui les rend mobiles.

Troisièmement, dès que le sperme pénètre dans les voies de reproduction féminines, certains spermatozoïdes forment une sorte de bouchon, provoquant le blocage du col de l'utérus (la structure à la jonction du vagin et de l'utérus), empêchant les spermatozoïdes de revenir en arrière.

Et enfin, les voies reproductives féminines ont des contractions rythmiques dès qu’elles détectent une entrée de sperme. Ces contractions facilitent le mouvement des spermatozoïdes jusqu'aux trompes de Fallope (les tubes de raccordement utérus-ovaires).

Mythe 6 - "Je ne peux pas tomber enceinte après avoir pris la pilule pendant longtemps"

Cette idée fausse provient du manque de connaissances des hormones et du mode de fonctionnement des pilules contraceptives féminines. Les femmes pensent qu’elles ne tomberont pas enceinte sur le long terme si elles ont pris la pilule pendant une longue période, et ce même après l’arrêt de leur traitement contraceptif. C'est absolument faux.

Une fille avec les contraceptives

L'ovulation est régulée par l'équilibre d’hormones telles que la FSH, la LH, les œstrogènes et la progestérone. Un équilibre complexe entre ces hormones provoque la libération rapide d’œufs (ovulation). Toute perturbation dans le niveau de ces hormones peut supprimer l'ovulation. C’est en utilisant ce principe que les pilules contraceptives sont développées. En effet, ce sont des suppléments contenant des œstrogènes, de la progestérone, mélange de ces deux hormones. Quand une femme ingère ces pilules, l'équilibre naturel des hormones féminines est perturbé et le résultat est une absence d'ovulation. Mais cet effet dure pendant la période où la femme prend ses pilules. Dès qu'elle abandonne le traitement, les taux des différentes hormones se rééquilibrent et l'ovulation recommence. Il en résulte une grossesse non désirée.

Mythe 7 - "Je ne tomberai pas enceinte si mon partenaire se retire avant d'éjaculer"

Cette idée fausse semble logique. La plupart des couples savent que l'orgasme masculin provoque la libération de sperme, et que le sperme contient des spermatozoïdes. Si un homme se retire avant d’éjaculer, il n’éjaculerait pas à l'intérieur de la femme. Cela signifie donc qu’aucun spermatozoïde ne pourrait pénétrer les voies génitales féminines, évitant ainsi toute grossesse. Tout cela semble parfaitement logique. Mais la réalité est toute autre. Il y a deux raisons pour lesquelles cette stratégie peut échouer.

Certes, il est vrai que la majeure partie de la semence masculine est libérée lors de l'apogée de l'orgasme masculin. Mais cela ne signifie pas que les hommes ne libèrent pas de sperme reste du temps. Certains hommes libèrent du sperme avant même d’atteindre l’apogée du plaisir. Il peut en résulter une grossesse non désirée.

Et, parfois, il devient très difficile pour un homme de se retirer à temps. Il pourrait se retirer en retard ou libérer une certaine quantité de sperme à l'intérieur des voies de reproduction féminine avant de se retirer.

Mythe 8 - "Je ne peux pas tomber enceinte si c'est la première fois que j’ai des relations sexuelles"

Cette idée fausse est peut-être l'une des causes les plus courantes des grossesses adolescentes. Cette idée fausse, encore une fois, est due à l'absence de connaissance du cycle de reproduction féminin. Une des choses qui nécessite une attention particulière est que les femmes atteignent leur maturité sexuelle plus tôt que les hommes.

L'âge habituel auquel une femme devient capable de se reproduire se situe généralement entre 13 et 14 ans. Mais dans les pays à climat chaud, cette étape peut débuter à partir de 11-12 ans. De plus, certaines femmes pensent que leur premier rapport sexuel ne peut pas entraîner de grossesse. Elles pensent qu'elles ne tomberont pas enceintes jusqu’à leur deuxième relation sexuelle.

Ceci est faux, et archi-faux. Quand une femme atteint l'âge de la ménarche (l'âge où les femmes ont leurs premières menstrues), elle gagne naturellement la capacité de se reproduire. Son corps produit des ovules une fois par mois, et ce processus se poursuivra jusqu'à la ménopause (l'âge où les menstrues cessent). Si vous avez donc dépassé l'âge de la ménarche, vous devez utiliser une méthode contraceptive lors de vos rapports sexuels, même si c’est le premier.

Mythe 9 - "L'utilisation d’un DIU ou d’une vasectomie va m'ôter la capacité de me reproduire pour de bon"

Avant que nous puissions juger de la véracité de ce mythe, nous avons besoin de connaître quelques notions de base. Les dispositifs intra-utérins (DIU) sont des structures en forme de T qui sont insérés dans l'utérus des femmes. Ces structures inhibent la grossesse de deux manières.

Tout d'abord, leur présence physique dans l'utérus empêche la conception de l'embryon.

Deuxièmement, ces dispositifs sécrètent des hormones (œstrogène et progestérone) qui perturbent les cycles féminins normaux et suppriment la capacité d'une femme à ovuler. D'autre part, les canaux déférents sont des tubes reliant les testicules avec les tubes de l'éjaculation des hommes.

La vasectomie est une opération chirurgicale consistant à sectionner ou suturer ces canaux. La plupart des gens pensent que ces méthodes sont irréversibles et que s’ils font appel à ces procédures une fois, leur capacité de reproduction seraient supprimées à tout jamais. Mais ces procédures sont réversibles. Les DIU peuvent être retirés et les canaux du sexe masculin peuvent être reliés de nouveau. Recourir à ces procédures vous rendra de nouveau capables de vous reproduire.

Mythe 10 - "Je ne tomberais pas être enceinte si je prends un bain ou si j’urine après un rapport sexuel"

C'est ce que la plupart des femmes font. Elles prennent un bain de temps après avoir eu des relations sexuelles. Pensant que prendre un bain lavera tout le sperme qui s’est inséré à l'intérieur. Mais c’est faux. Prendre un bain n'est pas bon du tout. Même si vous rincez soigneusement votre vagin pendant votre bain, ce n’est pas du tout une bonne solution, toutes les raisons ayant été expliquées plus haut.

En outre, certaines femmes pensent qu’uriner juste après un rapport sexuel fera sortir le sperme avec l'urine. Mais vous ne tomberez pas dans ce piège si vous avez un tant soit peu de connaissances sur l'anatomie féminine et ses voies reproductrices et urinaires. Bien que ces deux secteurs partagent une ouverture commune, la plupart de leurs voies internes sont totalement séparées et uriner ne vous fera aucun bien.

Conclusion

Cet article a mentionné le top 10 des idées fausses que les couples ont en général sur les méthodes de contraception. Cet article a aussi rejeté ces idées fausses à la lumière des connaissances médicales actuelles, et prouvé que tous ces mythes sont faux. Une chose que nous devrions mentionner ici est que l'utilisation de méthodes de contraception est sûre, mais qu’il y a tout de même quelques effets secondaires.

Certaines pilules provoquent ainsi parfois de l'acné, des irrégularités dans les menstruations, une légère prise de poids, une pilosité et une possible embolie. Mais si vous suivez attentivement la prescription de votre médecin, tous ces effets indésirables peuvent être minimisés. En outre, d'autres méthodes comme le stérilet et la vasectomie sont des méthodes réversibles qui pourront temporairement stopper vos capacités de reproduction, avec des interventions chirurgicales relativement courtes. Vous pouvez revenir sur votre décision et récupérer vos pleines capacités de reproduction dès que vous l’entendrez, et vous épanouir sexuellement sans risquer de grossesse non désirée.

Partager cet article
Auteur: Michal Vilímovský (FR)
Formation: Étudiant en médecine, Troisième faculté de médecine, Université Charles, Prague
Date de publication: 27 avril 2014 00:02
Prochaine date de révision: 27 avril 2016 00:02
Ce site utilise les cookies pour fournir les services, personnaliser les annonces, et analyzer le trafic. En utilisant ce site, vous l'acceptez. Plus d'informations