Les vitamines prénatales améliorent-elles vraiment la fertilité?

Les vitamines prénatales améliorent-elles vraiment la fertilité?
3 mars 2015 09:00

Vous pourriez avoir de besoin de vitamines si vous essayez de concevoir! Si vous essayez de de devenir parent, consommer des vitamines pourrait être la solution. Des études ont souligné l'importance des vitamines dans le fait de concevoir des enfants. On pense souvent que les femmes essayant de concevoir devraient augmenter leur apport en vitamines et nutriments, mais c’est aussi d’une importance capitale pour les hommes.

Si vous cherchez à augmenter vos chances de devenir parent, cet article est tout ce dont vous aurez besoin, puisque toutes les vitamines et nutriments que vous devriez consommés sont listés!

Acide folique

Un "must have" de la vitamine que vous devriez prendre avant et pendant la grossesse. De plus, cette vitamine est bénéfique à la fois pour les hommes et pour les femmes. L'acide folique appartient au complexe de la vitamine B et est un élément essentiel pour la production du matériel génétique (ADN et ARN) dans l’ovule et le sperme.

L'acide folique est une vitamine essentielle qui évitera à votre bébé de souffrir de déformations du cerveau ou de la moelle épinière, comme par exemple le spina bifida. Le spina bifida arrive lorsque le tube (système nerveux central) qui se développe ne se ferme pas complètement. Ce tube neural porte un réseau de nerfs présents dans l’épine dorsale qui relient le reste du corps au cerveau.

Selon l'Association américaine de grossesse, les femmes en âge de procréer devraient consommer 400 microgrammes d'acide folique par jour jusqu'à la 12e semaine de grossesse. Vous devriez commencer à consommer régulièrement de l'acide folique dès que vous avez le projet de tomber enceinte.

Une recherche menée au Centre médical universitaire de Hambourg-Eppendorf, en Allemagne, a montré que l’ajout en micronutriments dans l'alimentation, y compris l'acide folique, pourrait grandement augmenter les chances de tomber enceinte, et pourrait même agir comme remède contre l'infertilité féminine.

L'acide folique consommé avec du zinc contribuerait à la synthèse d'ADN et d'ARN. En outre, l'augmentation du niveau d'homocystéine pourrait être la conséquence d’une carence en acide folique. De hauts niveaux d'homocystéine peuvent provoquer une fausse couche et des complications lors de la grossesse, comme la pré-éclampsie et le décollement placentaire.

Sources alimentaires: haricots, chou vert, haricots pinto, lentilles, asperges, épinards, haricots noirs, haricots, foie.

La vitamine D

La vitamine D est essentielle, car elle aide le corps dans la formation des hormones sexuelles à la fois mâle et femelle, un processus appelé la stéroïdogenèse. Elle contribue à la production d'œstrogènes et la stimulation de la progestérone, régule les menstruations, et améliore la viabilité des spermatozoïdes, ce qui affecte finalement les chances de fécondation. Des études montrent que la consommation régulière de vitamine D pendant la grossesse diminue les risques de naissance prématurée et l’apparition de complications durant la grossesse.

Des expériences effectuées au départ sur des souris ont montré que l'absence de vitamine D ou l'absence de récepteurs de la vitamine D pouvait conduire à la stérilité chez les femmes. S’il y a malgré tout grossesse, un retard de croissance a été observé chez les fœtus. La vitamine D et le calcium normalisent ainsi la reproduction chez les souris, mais pas le calcium seul.

Chez les humains, les récepteurs de la vitamine D sont d’une très grande importance dans de nombreux organes féminins comme l'ovaire, le placenta et l'utérus. Dans le système de reproduction féminin, la forme active (calcitriol) de la vitamine D joue un rôle essentiel, car il contrôle les gènes impliqués dans la production d’œstrogènes, peu avant l'implantation de l'embryon sur la cavité utérine. L’utérus et le placenta continuent de produire du calcitriol même si la femme est enceinte, ce qui aide à l'organisation des défenses immunitaires afin d’éviter de tomber malade durant la grossesse. De faibles réserves en vitamine D peuvent également être associées à d'autres complications de la grossesse comme l'hypertension et le diabète gestationnel.

La carence en vitamine D est très commune en Occident, surtout en hiver car le corps a besoin d'une bonne exposition au soleil pour une production de vitamine D optimale. Une étude a été menée à l'École de médecine de Yale où le niveau de vitamine D a été vérifié chez 67 femmes infertiles. Étonnamment, seulement 7% avaient des taux suffisants de vitamine D dans le corps, ce qui démontre la forte relation existant entre une carence en vitamine D et les risques d'infertilité.

La principale source de vitamine est la lumière du soleil. Vous devez passer du temps dehors de sorte à obtenir une exposition maximale à la lumière solaire, évitez simplement de brûler votre peau en utilisant une crème protectrice.

Sources alimentaires: Huile de foie de morue, œufs, poissons gras et produits laitiers, rester 10-15 min par jour au soleil.

La vitamine C

C’est un antioxydant essentiel aux hommes et aux femmes qui veulent devenir parents. Chez les femmes, cette vitamine augmente les taux d’hormones et aide à régulariser les menstrues. Une étude a été conduite sur 150 femmes avec défaut lutéal (un défaut conduisant à des menstruations irrégulières et l'augmentation des risques d'infertilité), un groupe a reçu 750 mg de vitamine C par jour et d'autres n’ont reçu aucun traitement. Le groupe qui a été traité avec de la vitamine C a montré une augmentation du niveau de progestérone, et l’autre groupe n'a subi aucun changement. En outre, le groupe ayant reçu de la vitamine C a montré un taux de grossesse de 25% dans les six mois, tandis que le groupe sans vitamine C avait un taux de grossesse de 11%.

Des études ont également prouvé que la prise de vitamine C était tout aussi efficace dans la stimulation de la fertilité que le clomifène, médicament le plus largement utilisé dans le traitement de l’infertilité masculine et féminine. Les résultats d'une recherche menée sur 179 hommes ont montré que la prise de vitamine C était tout aussi efficace que la consommation de clomifène dans le développement de la fertilité masculine.

D’après une étude publiée dans « Le Journal de la Fertilité et de la Stérilité », la vitamine C contribuerait à améliorer la qualité du sperme et empêcherait la dégradation de l'ADN contenu dans le sperme. Le stress oxydatif est un des plus grands facteurs de risque à la fois pour la fertilité masculine et féminine. La vitamine C, en raison de ses effets antioxydants, peut éviter la diminution de la qualité des ovules et du sperme.

Lorsque vous souhaitez devenir parents, veillez à ne pas consommer plus de 750-1000 mg de vitamine C par jour. En consommer plus pourrait faire de votre corps un environnement acide, ce qui n‘est pas bon pour la fécondation de l’ovule.

Sources alimentaires: tomates, pommes de terre, brocolis, canneberges, choux et agrumes.

La vitamine E

Le nom chimique de la vitamine E est l'alpha-tocophérol, qui est une combinaison de deux mots grecs, toco signifie progéniture et phero signifie porter. Cela montre l'importance de la vitamine E dans le processus de fertilisation. Son efficacité a été prouvée chez les hommes et les femmes qui essaient de concevoir. Les hommes ayant des problèmes de fertilité montrent généralement un faible niveau de vitamine E. La mauvaise qualité du sperme est un des plus grands facteurs de risque de fausse couche, de la diminution des taux de fertilisation et d'avortement spontané. C’est là qu’intervient la vitamine E, en améliorant la qualité du sperme. Dans une étude, un taux de 10% d'augmentation de la fécondité a été observé chez les hommes après la prise de compléments de vitamine E, après seulement quelques mois.

Les résultats de la plupart des recherches ont lié la vitamine E avec la fertilité masculine, mais cela ne signifie pas qu'elle est inutile pour les femmes. Chez les femmes, la vitamine E rend l'environnement de la muqueuse cervicale favorable à la survie des spermatozoïdes. De plus, les chercheurs ont également lié la consommation de vitamine E avec une meilleure régularité du cycle menstruel et de plus grandes chances de fécondation et de conception.

La vitamine E est un antioxydant qui empêche les dégradations des cellules suite à un stress oxydatif. Des études montrent également que cette vitamine est utile dans la protection des cellules rouges du sang, le maintien d’un système immunitaire sain et la protection des cellules nerveuses contre les dommages oxydatifs.

La vitamine E contribue aussi à l'amélioration de l'épaisseur et du sang approvisionnant l'utérus, comme le montre une étude réalisée en 2010. En utilisant des compléments de vitamine E, à dose de 600 mg par jour, les chercheurs ont pu observer une augmentation de 72% de l’approvisionnement en sang de l'utérus, et une augmentation de 52% de l'épaisseur de l'utérus.

Les hommes ayant consommé de la vitamine E avant une FIV (fécondation in vitro) ont montré une augmentation des taux de fertilisation, allant de 19% à 29%.

Une dose de 15 milligrammes par jour peut être utile aux femmes faisant face à un avortement spontané dû à la rupture de sac amniotique.

Sources alimentaires: épinards, papayes, légumes verts, noix, beurre de noix, graines de tournesol, amandes, asperges, avocats, baies, tomates, olives, huiles végétales brutes, huile de son de riz, orge et algues.

La vitamine B6

La vitamine B6 aide dans le processus de fertilisation, car elle augmente la durée de la phase lutéale lors de la menstruation. Dans la phase lutéale, l'utérus devient réceptif à la fertilisation et dans l'implantation d'embryons. En outre, la vitamine B6 assure la régularité de vos cycles menstruels. L'équation est assez simple ici, menstruations régulières = augmentation des chances de procréer.

La carence en vitamine B6 entraîne des problèmes pour les hommes et les femmes, en augmentant les risques de dégradation des spermatozoïdes et des ovules. Les résultats d'une étude menée sur 438 femmes infertiles souffrant de troubles de l'ovulation ont montré que la consommation accrue de vitamines B, en particulier la vitamine B6, peut significativement améliorer la régularité et la qualité de l'ovulation.

100-200mg est la dose quotidienne recommandée pour la consommation de vitamine B6. C’est une vitamine soluble dans l'eau, ce qui signifie que votre corps ne peut pas la stocker longtemps. Si vous êtes à court de réserves de B6, alors commencez à manger des aliments riches en vitamines B. Si vous ne voyez aucun résultat, commencez à consommer des compléments multivitaminés.

Eviter la caféine, les aliments transformés, le sucre raffiné, les pilules hormonales, le tabagisme et l’excès de protéines peut aussi vous aider à ne pas être carencé en vitamine B6.

Sources alimentaires: thon, bananes, dinde, foie, chou, asperges, brocoli, chou frisé, saumon, morue, épinards, poivrons, feuilles de navet, chou vert, ail, chou-fleur, feuilles de moutarde, céleri, chou de Bruxelles, bette.

La vitamine B12

Suffisamment de vitamine B12 vous assurera des hormones sexuelles équilibrées et de qualité. En outre, des niveaux de vitamine B12 optimaux pourraient vous éviter l’anovulation et l'infertilité masculine, comme le montrent de nombreuses études. Chez les hommes, un taux suffisant de cette vitamine fera en sorte de conserver des spermatozoïdes nombreux et fonctionnels. Les résultats d'une étude ont montré que des doses journalières plus élevées de vitamine B12 pourraient améliorer la qualité des spermatozoïdes chez les hommes souffrant d'infertilité.

Chez les femmes, une consommation régulière et quotidienne de vitamine B12 pourrait optimiser les cycles menstruels, épaissir l'endomètre et favoriser l'ovulation.

La vitamine B12 est aussi très importante pendant et après la grossesse. Après la grossesse, cette vitamine évitera à votre enfant de souffrir d'innombrables anomalies du développement comme l'autisme et le retard mental.

Sources alimentaires: palourdes, huîtres, muscles, foie, bœuf, agneau, fromage, œufs, caviar (œufs de poisson), poisson, crabe et homard.

Autres nutriments pro-fécondité

Minéraux

Si vous cherchez à augmenter vos chances de devenir parent, il est important que vous connaissiez les effets positifs que d’autres nutriments pourraient aussi avoir. Ci-dessous une petite liste de minéraux dont l’action sur la fécondité a été étudiée.

Fer

Des études ont montré que les risques d'anovulation (absence d'ovulation) et un faible développement de l'embryon chez les femmes ayant une carence en fer est de 60%. Pour la conception, une femme doit avoir une quantité suffisante de sang en elle, et le fer est un élément important de l'hémoglobine nécessaire à la production de sang.

Un apport de 18 mg par jour est recommandé pour les femmes avant la grossesse, et de 27 mg de fer par jour si la personne est enceinte.

Zinc

C’est l'un des minéraux les plus largement étudiés en ce qui concerne la fertilité. Le zinc contient plus de 300 enzymes utiles, qui aideront votre corps à fonctionner correctement. C’est un élément important du matériel génétique et qui aide à la division cellulaire. Une carence en zinc peut provoquer des changements dans les chromosomes et un déséquilibre dans le niveau des hormones de la reproduction. Des carences en zinc ont été à plusieurs reprises liées à une augmentation de l'infertilité et des fausses couches. Chez les hommes, le zinc améliore la fonctionnalité de la testostérone et améliorer la qualité ainsi que la quantité du sperme.

Sources alimentaires: foie de veau, huîtres, bœuf, agneau, graines de citrouille, yogourt, dinde, petits pois, crevettes, venaison, graines de sésame (à consommer crues pour bénéficier des leurs vertus).

Anti-oxydants

Acide lipoïque

C’est un puissant antioxydant qui protège les organes génitaux d’un vieillissement prématuré.

Sources alimentaires: En petites quantités dans la viande rouge, les épinards et les pommes de terre.

Coenzyme Q10

Consommer des compléments alimentaires riches en coenzyme Q10 permet d’améliorer la fertilité chez les femmes et les hommes. D’après la clinique Mayo, la CoQ10 est essentielle pour le bon fonctionnement de toutes les cellules, y compris les ovules et les spermatozoïdes. Les adultes ont besoin d’en consommer 30 à 120 mg par jour.

Sources alimentaires: fruits de mer et abats.

Sélénium

Etant un antioxydant, le sélénium protège les organes génitaux féminins et masculins, tout en améliorant la qualité des ovules et du sperme.

Sources alimentaires: foie, vivaneau, saumon, sardines, crevettes morue, flétan, thon, champignons crimini et dinde.

Les acides gras et acides aminés

Les acides gras oméga-3

C’est un acide gras important qui aide à réguler les hormones du corps. N’étant pas naturellement produit par le corps, vous devrez vous alimenter en conséquence. Des études cliniques effectuées aux Pays-Bas prouvent que la consommation quotidienne d’acides gras oméga-3 peut améliorer la qualité de l'embryon. Les oméga-3 amélioreraient l'ovulation, augmenteraient le flux sanguin vers le système reproducteur et permettraient de conserver un utérus sain. Les acides DHA et EPA font également partie des omégas-3.

Sources alimentaires: lentilles, graines de sésame, haricots épinards, tofu, haricots blancs, de mélasse, de bœuf, graines de citrouille (premières), venaison et de pois chiches.

L-Arginine

Cet acide aminé est présent en grande quantité dans la tête du spermatozoïde, en prendre en complément alimentaire permettra donc d'améliorer la qualité du sperme. Une dose de 300 mg par jour est recommandée.

L-Carnitine

Cet acide aminé contribue au fonctionnement normal des cellules du sperme, et plus le niveau de L-carnitine dans le sperme est élevée, meilleure est la qualité de ce dernier. Une dose de 100 mg par jour est conseillée.

Partager cet article
Ce site utilise les cookies pour fournir les services, personnaliser les annonces, et analyzer le trafic. En utilisant ce site, vous l'acceptez. Plus d'informations