8 points à considérer avant de choisir une spécialité médicale

8 points à considérer avant de choisir une spécialité médicale
15 janvier 2014 01:47

Voici un article sur le choix de la spécialité médicale. Pour faire un bon choix il faut que vous vous répondiez honnêtement aux questions concernant votre personnalité et vos préférences.

Point 1: Prenez chaque opportunité pour explorer!

Toutes les écoles de médecine exigent de leurs étudiants qu'ils passent par les 3 ans de rotations médicales suivantes: médecine interne, pédiatrie, obstétricien/gynécologue et chirurgie. Beaucoup exigent aussi la neurologie, médecine générale, médecine urgentiste et la radiologie. Ainsi, si vous vous intéressez à l'ophtalmologie ou l'orthopédie, vous vous demandez surement: "Quand est-ce que je vais savoir si je veux vraiment poursuivre cette spécialité?"

Certaines écoles fournissent du temps facultatif durant la troisième année, beaucoup d’autres non. En fait, vous disposez de l'été entre la 1ere et la 2eme année de médecine ainsi qu’un peu de temps au début de la 4eme année. 

Un grand nombre de ces spécialités qui ne sont toujours pas dans la rotation exigée sont pourtant très compétitives, donc si vous attendez votre 4eme année pour en apprendre plus, vous aurez probablement raté le train! Les candidats victorieux dans ces spécialités compétitives ont déjà démontrées leur intérêt en complétant un internat dans leur spécialité choisie environ au milieu de leur 3eme année. 

Ainsi, si vous avez ne serait-ce qu'une vague impression qu'une spécialité serait la bonne pour vous, suivez la dès à présent et essayez de compléter un stage facultatif avec des personnes clés dans votre département. Quelquefois, un sous-internat ou un stage dans un autre hôpital dans une autre école peuvent être une excellent façon de montrer votre intérêt à suivre un internat dans un domaine donné. 

Point 2: Chirurgie ou diagnostiques?

La première chose à décider est: chirurgien ou diagnosticien? Etes-vous une personne manuelle? Aimez-vous construire et réparer les choses? Aimez-vous compléter des procédures (faire des points de suture)? Si la réponse est oui, vous êtes surement plus adapté pour la spécialité „chirurgie“. Si vous êtes quelqu'un qui aime vous creusez la tête sur un cas, réfléchir à travers un différentiel et discuter avec vos collègues, une spécialité „diagnostiques“ est surement votre tasse de thé. 

Une fois la question „chirurgien ou diagnosticien“ résolue, vous aurez résolu la plus grosse part du puzzle. Si vous choisissez de vous tourner vers la chirurgie, les internats incluent la chirurgie générale, la gynécologie, l'anesthésie, et les spécialités chirurgicales incluent l'otorhinolaryngologie, l'ophtalmologie, la chirurgie orthopédique, la neurochirurgie, l'urologie et la chirurgie plastique. 

Si vous choisissez les diagnostiques, les internats incluent la médecine interne, la médecine des urgences, médecine générale, pédiatrie, la neurologie, psychiatrie, radiologie, radiologie pour l’oncologie, la dermatologie et les pathologies. Bien sûr, la plupart des diagnosticiens font aussi des procédures, et les spécialistes chirurgiens passent du temps à faire des diagnostiques. 

Point 3: Le Salaire: important mais pas la seule chose qui compte

Beaucoup d’étudiants en médecine choisissent leur spécialité en se basant sur la compensation et les gros chiffres qu'ils voient dans leur future s’ils choisissent un domaine spécifique de la médecine. Par conséquent, les spécialités les plus compétitives sur le ring sont souvent les mieux payées: chirurgie plastique, orthopédique, otorhinolaryngologie, ophtalmologie, neurochirurgie, radiologie et dermatologie. 

Le salaire est bien évidemment un facteur important à considérer lorsque vous vous imaginez dans 10 ans avec le type de vie que vous aimeriez avoir. Cependant je vous conseillerai de choisir et trouver un domaine qui vous passionne et vous intéresse. Dans 15 ans, peu importe combien d'argent vous gagnez, cette somme ne sera pas suffisante si vous êtes malheureux et devez être tiré hors du lit chaque matin.

Souvenez-vous aussi qu'il y a bien des choses que vous pouvez faire avec le statut de docteur. Si vous choisissez un domaine qui n'est pas aussi bien paye que les autres, par exemples les soins primaires, et plus tard vous travaillez en tant que consultant ou administrateur d'hôpital, vous pourriez gagner tout autant que votre ami de l'école de médecine qui aura choisi la radiologie.

Point 4: Le facteur beurk

La plupart des étudiants en médecine se moquent bien de voir un peu de sang. Apres tout, tout le monde doit réussir le cours d'anatomie et disséquer un cadavre humain pour passer le diplôme. Ceci étant dit, certains domaines de la médecine exigent une exposition constante au sang, excréments, urine, pus et vomi, en particulier les urgences ou la chirurgie générale. 

Si vous préférez parler aux patients et ne pas voir trop de sang, psychiatrie ou neurologie pourraient être un bon choix pour vous. 

Point 5: Connaissez-vous vous-même

Soyez vrai et honnêtes avec vous-même en choisissant votre spécialité. Si vous adorez l'idée d’être un neurochirurgien mais votre orientation dans l'espace est horrible, ne courrez pas après une spécialité qui vous laisserait frustré. Vous pouvez enseigner beaucoup de choses à quelqu'un, mais l'orientation dans l'espace n'en fait pas partie. 

Dans le même registre, si vous aimez prendre votre temps quand vous prenez des décisions et n'aimez pas les situations d'urgences, les urgences et l'anesthésie ne sont probablement pas pour vous. Si vous n’aimez pas travaillez avec des petites surfaces ou des choses délicates, l'ophtalmologie et l'otorhinolaryngologie ne vous rendront pas heureux. Si vous aimez l'idée de faire un examen pousse et de localiser un problème, la neurologie pourrait être votre meilleur choix.

Point 6: Niveau de compétition

Puisse que certaines spécialités fournissent un meilleur salaire que d’autres, certains domaines de la médecine sont plus compétitifs que d'autres. Les domaines les plus compétitifs sur le marché incluent la chirurgie orthopédique, l'otorhinolaryngologie, l'ophtalmologie, la neurochirurgie, la chirurgie plastique, la dermatologie et la radiologie. Malheureusement, de mauvaises notes peuvent être prohibitifs pour les étudiants cherchant à accéder à des internats dans ces domaines. Il est important d'être honnête avec vous-même sur ce terrain. Cela ne signifie pas que vous ne devriez pas essayer d'accéder au meilleur programme possible, mais si vous voulez vous diriger vers la dermatologie et que vous avez tout juste réussi la première étape de vos études, prenez un peu de recul et réfléchissez-y à deux fois. N'est-ce pas mieux d'être couplé avec votre second choix de spécialité plutôt que de ne rien avoir du tout? C’est votre choix. 

Point 7: De la variété ou la même chose plusieurs fois? 

Certaines spécialités penchent plus vers la variété alors que d'autres sont très spécialisées. La médecine interne, médecine générale, pédiatrie, neurologie et les urgences sont des domaines qui possèdent une immense variété de problèmes médicaux. Ils forment un contraste radical avec les domaines tels que la neurochirurgie ou l'urologie qui traitent un groupe de problèmes très spécifiques que vous devez pratiquer ad nauseam pour pouvoir vraiment les maitriser.

Si vous êtes quelqu'un qui souhaite être le meilleur du pays dans une technique chirurgicale spécifique, alors une spécialité chirurgicale vous comblera surement. Si vous souhaitez toucher à tout, voir un peu de tout tous les jours, alors suivez la voie de la médecine interne, médecine des familles, neurologie, pédiatrie ou médecine urgentiste.

Point 8: Vous devez aimer votre organe

Peu importe la spécialité que vous choisissez, il y aura toujours un peu de répétition dans ce que vous ferez. Vous verrez beaucoup d'otites si vous êtes pédiatre. Les gynécologues verront beaucoup d'organes génitaux féminins. Les chirurgiens orthopédiques verront beaucoup d'épaules et de genoux. Donc soyez sûr et certain que peu importe votre choix, vous aimez l'organe impliqué. Par exemple, si vous aimez le processus de l'accouchement mais n'aimez pas l'idée de vous occuper de vagins tous les jours, l'obstétrique ou la gynécologie ne sont probablement pas votre meilleur choix.

Partager cet article
Auteur: Michal Vilímovský (FR)
Formation: Étudiant en médecine, Troisième faculté de médecine, Université Charles, Prague
Date de publication: 15 janvier 2014 01:47
Prochaine date de révision: 15 janvier 2016 01:47
Ce site utilise les cookies pour fournir les services, personnaliser les annonces, et analyzer le trafic. En utilisant ce site, vous l'acceptez. Plus d'informations